1949-2009
 : DE NEUILLY PLAISANCE A MUNDOLSHEIM
 
    

 

 


En 1949, Henri Groues dit l’Abbé Pierre, prêtre, député et ancien résistant, vit dans une maison délabrée qu’il restaure à Neuilly Plaisance. Cette  maison, lieu de rencontres, devient une auberge de jeunesse internationale mais aussi, et surtout, un lieu d'accueil pour des personnes et des familles sans logis. Il baptise cette maison « Emmaüs »

Très vite dépassé par le nombre croissant de familles se présentant à Neuilly Plaisance, l'Abbé Pierre rencontre Georges,  un ancien bagnard, qui vient de tenter de se suicider et qui l’appelle à son secours. La réponse de l’Abbé Pierre fut étonnante : « Moi, je n'ai rien à te donner, mais toi, tu peux venir m'aider à aider les autres ». « J'ai fait là tout le contraire de la bienfaisance » dira-t-il plus tard.

Le mouvement Emmaüs naît de cette rencontre. « Emmaüs, ce n'est pas ce qu'on a fait, mais ce qui nous est arrivé ».

 

Pour financer la vie de la communauté grandissante et la solidarité envers les plus exclus de ces années d'après guerre, l'Abbé Pierre et les premiers compagnons vivent de la récupération de matériaux (papier, chiffons, ferraille...), d'objets (meubles, vaisselle,... ) et construisent des logements d'urgence. Les chiffonniers bâtisseurs sont nés. Leur éthique est de vivre du fruit de leur travail et de venir en aide à plus souffrants.

 

Soixante ans plus tard, cette activité de récupération et de tri permet de faire vivre plus de 4000 compagnons et de donner un emploi à plus de 3 500 personnes dans 240 groupes en France (communautés, associations d'action sociale, logements, structures d'insertion...) et de développer de nombreuses actions de solidarité en France et dans le monde.

 

Créée en 2000, Emmaüs Mundolsheim n’accueille pas de compagnons. Son originalité dans le mouvement est de proposer un véritable contrat de travail à une trentaine de salariés, tout en poursuivant l'activité traditionnelle d'Emmaüs.

Il s'agit donc d'une véritable entreprise dont l'activité économique est basée la récupération, le tri, la revalorisation et la vente d'objets collectés auprès de particuliers dans la Communauté Urbaine de Strasbourg Nord.

Outre une activité professionnelle, les salariés en insertion accueillis dans notre structure bénéficient d'un accompagnement social  et professionnel dans un objectif de tremplin vers l'emploi durable. Près d'un tiers de ces personnes intègrent une entreprise « classique » ou une formation qualifiante dès leur sortie de la structure. Tous auront eu la possibilité de bénéficier d'une action de formation dans des domaines aussi variés que la vente, le transport, le service à la personne ou encore les métiers de l'entretien ou des espaces verts. En 2008, 13 % du temps de travail ont ainsi été consacrés à de la formation professionnelle.

 

TK


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog